Réunion au Rectorat : après le 11 mai

Les personnels travaillant au Rectorat de Rouen sont également concernés par des problèmes de distanciation vu l'exiguïté des locaux, d'ou l'importante du maintien du télétravail, à condition d'avoir des bonnes conditions de travail.

Le CTSA de l’académie de Normandie du 30 avril 2020 a été présidé par le Secrétaire Général d’Académie qui a tenu à remercier l’ensemble des collègues des services déconcentrés précisant que la continuité pédagogique passe par la continuité administrative.

Déclaration préalable du Sgen-CFDT

Monsieur Diaz a rendu hommage aux collègues de la DSI, de la logistique ainsi qu’à l’ensemble des services qui participent au fonctionnement de l’Académie.

Le confinement en chiffres

Etat des lieux d’après un panel de 1200 personnes des services déconcentrés normands :

– 64% travaillent à domicile avec un équipement spécifique (PC, clé OTP) ;

– 25 % travaillent en distanciel sans matériel complet ;

– 11% n’ont pas la possibilité de travailler à distance.

Environ 90% des collègues travaillent à distance avec des modalités différentes. Ainsi, selon l’équipement mis à disposition, le travail à domicile est plus ou moins conséquent selon les services. Cependant, pour les collègues qui n’ont pas à leur disposition de matériel informatique professionnel, ils continuent néanmoins à poursuivre la continuité du service public soit par un accueil téléphonique soit par des réponses par mail.

Mise à disposition des personnels de :

– 1000 clés OTP ;

– 400 PC portables ;

– 43 PC fixes.

– 150 PC sont en cours de distribution.

Il a été précisé que les collègues qui sont en télétravail à l’année sont déjà équipés.

Durant la période de confinement, quand les personnels ont été amenés à se rendre sur site, ils ont reçu un justificatif professionnel.

Le 11 mai 2020 : pas de déconfinement général !

La consigne est de limiter le retour des personnels sur site etBULLE CFDT de faire rester chez eux le maximum de collègues. Ainsi, le travail à distance qui est déjà en vigueur va se poursuivre et continuer à se généraliser avec la commande du matériel informatique qui est en court. L’Administration veut limiter au maximum la présence en simultanée des collègues, il n’est donc pas prévu de déconfinement général le 11 mai prochain.

Une première phase d’observation de trois semaines

L’Administration précise qu’une première phase d’observation se tiendra durant une période de trois semaines du 11 mai jusqu’au 2 juin 2020 selon deux grands principes :

Principe 1 : poursuite du travail en distanciel.

Principe 2 : le présentiel doit rester exceptionnel su la base du volontariat en garantissant la sécurité des personnels et des usagers.

Un maximum de personnels en distanciel

Pour prendre en compte cette crise sanitaire et donc limiter les déplacements, le travail à distance va rester la règle. Ainsi, l’Administration ne souhaite pas voir revenir des collègues qui peuvent travailler chez eux mais qui éprouvent le besoin de revenir pour des motifs de lien social. Même si l’aspect anxiogène de rester chez soi a été reconnu, la priorité reste de limiter l’affluence sur site. Là, encore, la priorité est de faire rester chez eux le maximum de personnels donc si le travail à domicile est possible, il est indispensable de le poursuivre.

Par ailleurs, l’Administration a reconnu qu’il pouvait être difficile de concilier vie personnelle et vie professionnelle au domicile. Elle comprend aussi l’aspect anxiogène de cette situation. En effet, il peut-être difficile de créer des bulles professionnelles.

Comme le télétravail est réglementé, il est davantage recours au terme de travail distanciel que de télétravail. L’Administration exprime la volonté de faire évoluer les cadres. Il est fait mention de réinventer de nouveaux modes d’organisation. Ainsi, d’autres conditions de travail seront à envisager à l’avenir.

Par ailleurs, la limitation des déplacements s’inscrit dans une approche bénéfique pour la planète.

Retour sur site sur la base du volontariat, de façon très progressive et le plus prudent possible

Une première période allant du 11 mai 2020 jusqu’au 2 juin 2020 permettra d’observer et d’affiner les procédures.

Durant la semaine du 4 au 8 mai 2020, tous les chefs de division et de service vont s’entretenir pour fixer les modalités du présentiel.

Du fait que le nombre des personnels sera moindre, il sera possible pour les collègues qui n’ont pas de place de parking de venir en voiture pour éviter les transports en commun . La question se pose davantage pour le site de Rouen car il y a plus de places de stationnement sur le site de Caen.

Alternance des présences quand le présentiel est indispensable

La présence des collègues, quand elle est indispensable,SERVICES ADMINISTRATIFS pourra se faire à condition de procéder à l’organisation de l’espace de travail en alternant les personnes présentes et en limitant à une personne par bureau. Ainsi, les salles de réunion pourront servir de bureau à des collègues.

Il a été mentionné un marquage de circulation et l’organisation des emplois du temps.

Le respect de la distance d’un mètre entre les collègues sera la règle.

Les collègues qui doivent venir sur site pour travailler ou pour venir chercher des dossiers ou du matériel informatique devront respecter les gestes barrières.

Mesures sanitaires pour protéger les personnels

La priorité est de faire rester chez eux le maximum de personnels et de garantir toutes les mesures sanitaires pour garantir la sécurité des personnels et des usagers présents sur site. Le ministère fait parvenir à l’Académie des masques, des gants et du gel hydroalcoolique en grande quantité.

L’Administration était, le 30 avril 2020, dans l’attente du protocole sanitaire officiel.

Il a été également mentionné la question de l’entretien des locaux qui fera l’objet d’une intention particulière.

Ainsi, avant le 11 mai, les locaux seront nettoyés. Après le 11 mai , avec un présentiel limité, le nettoyage devra se poursuivre d’après un protocole sanitaire à minima quotidien. Il faudra réorienter les gestes comme sur les poignées de portes, les photocopieurs….

Pour le respect des gestes barrières , il sera mis à disposition de chaque service du savon, du gel hydroalcoolique et des lingettes désinfectantes pour que chaque collègue puisse aussi participer à la désinfection.

Il a été précisé que le virus ne circule pas dans l’air et qu’il a une durée de vie limitée.

L’accent a été mis sur la distanciation et le lavage des mains.

Il a été précisé que les séchoirs à mains électriques pouvaient faire circuler le virus si une personne atteinte du covid 19 avait mal nettoyé ses mains.

Le Sgen-Cfdt a posé la question de la climatisation et de la ventilation comme vecteurs de transmission du virus. La question est à l’étude.

L’information aux personnels

Selon l’Administration, il est primordial de donner à l’ensemble des personnels, les informations relatives aux gestes barrières et les garanties sanitaires par des messages et des affiches.

Accompagnement des personnels

L’Administration a mentionné la vigilance à avoir par rapport aux sensations d’isolement et la nécessité de garder du lien avec les personnels tout en gardant à l’esprit l’aspect sécuritaire. Ainsi, elle a rappelé la mise en place de la cellule d’écoute ainsi que la mobilisation des acteurs de la prévention constituée du service médical, du service social, des psychologues ainsi que des conseillers RH de proximité.

L’Administration souligne que la période à venir est encore plus anxiogène que celle qui vient de se dérouler.

Accueil du public

L’Administration a précisé, que dans ce contexte de crise sanitaire, n’y aura pas d’ouverture au public sans sécurité pour les personnels qui accueillent et pour les usagers.

Ainsi, même l’accueil téléphonique reste la norme, l’accueil au public doit rester extrêmement limité dans les DSDEN et doit être encadré par des mesures strictes de sécurité. La mise à disposition de gants, masques et gel hydroalcoolique est prévue. Il faut réfléchir à l’ouverture des locaux au public, aux plages horaires, à l’accueil sur rendez-vous, à des espaces d’accueil dédiés, caractérises par un marquage au sol et des panneaux en plexiglas.

L’accueil du public dans les rectorats de Rouen et de Caen est totalement interrompu jusqu’au 2 juin 2020.

Dans les circonscriptions

Selon l’Administration, les secrétaires des circonscriptions ont été distanciel très rapidement et le resteront car ce sont les piliers d’une circonscription. Ils sont tous équipés.

La gestion des remplacements doit se faire selon des modes opératoires précis qui respectent les règles sanitaires.

Frais personnels liés au travail à domicile

La question des frais engagés pour la téléphonie, l’impression et les frais de restauration a été abordée. Il a été répondu que le meilleur accueil sera fait aux demandes formulées. Il faut se référer à la FAQ

La paye

L’Administration salue le travail des agents qui ont assuré la capacité de payer l’ensemble des collègues. La paye d’avril se calque sur celle de mars. Celle de mai est à l’étude par les services compétents.

Les congés d’été

La question d’écourter les congés de la période estivale n’est pas exclue pour certains services. Le déroulement des examens et concours doit pouvoir se faire selon les modalités d’un nouveau calendrier et il est primordial de préparer la rentrée scolaire prochaine. Pour autant, même si elle est écourtée, une période de déconnexion pendant l’été a été jugée indispensable par le secrétaire général.

La garde d’enfants

Comme il a été précisé que le retour se ferait sur la base du volontariat, le Sgen-Cfdt a abordé aussi la question du volontariat annoncé par le gouvernement pour mettre les enfants à l’école et en crèche.

L’Administration a précisé que le respect de ce choix des collègues sera pris en considération.

La peur de revenir

Le Sgen-Cfdt a précisé que beaucoup de collègues avaient exprimé des craintes et ne souhaitaient pas revenir sur site du fait de leur état de santé (comme une maladie chronique par exemple), d’une grossesse, de la proximité avec une personne atteinte du Covid-19 pendant le confinement, d’une appréhension à emprunter les transports en commun ou faire du covoiturage.

L’Administration a mentionné qu’une étude au cas par cas sera réalisée et que la bienveillance sera de rigueur.

Elle a ajouté que la volonté de maintenir et de développer le travail à domicile était la règle et que le présentiel devait être exceptionnel.

Conclusion

Le Sgen-Cfdt est satisfait du maintien et de la généralisation du travail à distance tout en restant attentif aux difficultés rencontrées.

Le Sgen-Cfdt restera vigilant :

– aux modalités sanitaires qui seront mises en place pour assurer la sécurité des conditions de travail des personnels ;

– au respect du volontariat pour revenir sur site ;

– à l’étude des cas particuliers.